HISTORIQUE - FRENCH POSTURE CANARY

LIVRE D'OR
LE LIVRE D'OR
CLIQUEZ SUR L'IMAGE
LOGO F.P.C.
BOUTON ADHÉSION
Aller au contenu

HISTORIQUE

LE CANARI

 SON HISTORIQUE  
 © Par Patrice De Paemelaere  
 Mai 2017  

Petit Rappel avant toute chose

 Premièrement  :

Contrairement à  ce que beaucoup de personnes pensent
notre canari n'était pas Jaune mais vert
dans sa forme Sauvage comme illustré ci dessous.

CANARI SAUVAGE  
" CANARIO SILVESTRE "  
" SERINUS CANARIUS "

CANARI SAUVAGE

 Deuxièmement  :

Le nom donné " îles des Canaries "  ne provient
nullement de notre ami le Canari.
Selon l'histoire les premiers explorateurs furent étonnés
de trouver sur la plus grande des îles de très nombreux
grands chiens sauvages et décidèrent dès lors
de nommer cette île
en latin " Canariae Insulae " -
en français " Île aux Chiens "  
nom qui fût finalement étendu aux autres îles faisant
partie de l'archipel.

ARCHIPEL  des CANARIES
 
CARTE ILES CANARIES   

 ARMOIRIES des CANARIES
" Autonomie 10 Août 1982 "

   ARMOIRIE DES ILES CANARIES

Historique de notre ami commun le Canari
" Serinus Canaria ",
ou Serin des Canaries " Serinus Canarius "
De l’Ordre des Passeriformes, de la Famille des Fringillidés, Genre Serinus.

C'est durant le déroulement de la guerre de cent ans
(1337- 1453) qui opposait le Roi de France
au Roi d'Angleterre,
que " L'Histoire de notre ami le Canari débuta ".

Très inquiet de l'avenir, Jean de Béthencourt
(1362 - 1425) Chambellan de Charles VI,
explorateur et navigateur normand, décide de mener
une expédition après avoir entendu des marins
Dieppois parler,
des " îles Fortunées "  ou " îles des Bienheureux ",
ainsi nommées à l'époque.

Après un 1er voyage de reconnaissance et ayant
obtenu l'appui du Roi Henri III de Castille,
il s'associe à Gadifer De La Salle, militaire et
explorateur Français (1340 - 1415), afin de prendre
la tête d'une petite expédition, qui partit du port
de La Rochelle en date du 1er mai 1402.

C'est en explorant ces îles appelées désormais
" îles Canaries ",
que Jean de Béthencourt et son équipage
découvrent de petits oiseaux que les indigènes
élevaient et détenaient en cages pour leur plaisir.

Ces oiseaux appelés " Serin ", étaient de caractère
vif et gai,
mais avaient surtout séduit l'oreille de l'explorateur,
par leurs chants mélodieux et très agréables.

Etant nommé par le Roi d'Espagne, Gouverneur
des îles Canaries, Jean de Béthencourt
offre en hommage à la cour de Castille, de ces
merveilleux oiseaux aux chants mélodieux qu'il
avait ramené de son expédition.

Ceux-ci y eurent un très grand succès, mais celui-ci
fut encore plus grand à la cour de France,
où la reine Isabeau de Bavière (1371-1435), très
grande passionnée d'élevage d'oiseaux,
confia à un gouverneur et trois valets la charge
de ses volières.

Rapidement, ce canari sauvage devint
de plus en plus élevé et domestiqué,
mais fût surtout très convoité par la majeure partie
des Souverains Européens et des Grands de ce Monde.

Il gagna rapidement  l’Europe, ainsi que le
Nouveau Monde, d’Espagne il gagnait les Pays-Bas,
mais aussi la Belgique, l’Italie, l’Autriche, la  Russie
etc. ….

En 1493 les Espagnols étant devenus les maîtres des
îles Canaries, ils décident d'organiser et de contrôler
le commerce et l'importation de ces serins.
Ils s'étaient rendu compte que ces petits virtuoses
du chant se reproduisaient très facilement en captivité
et qu'ils étaient dans leur intérêt d'interdire
l'exportation des canaris  femelles afin d'éviter
la multiplication des élevages en Europe afin
de garder le monopole de ce commerce très lucratif.

Mais malheureusement pour eux, un navire venant
es Canaries s'échoua au XVIème siècle dans l’archipel Toscan, au large de l'île d'Elbe et beaucoup parmi
le lot d’oiseaux, ayant parmi eux quelques femelles
glissées là par mégarde, en profitèrent pour s'échapper
de la cargaison.

Les conditions climatiques y étant plus ou moins
proche de celles de leur île d'origine, ceux-ci n'eurent
aucun mal à se reproduire entre eux, mais également  
avec les oiseaux originaires de cette nouvelle terre
d'accueil.

C'est donc en capturant ces canaris, que les italiens
purent développer l'élevage.

Notre canari passa pour la 1ere fois de France
en Angleterre en 1575.
C'est d'ailleurs, dit-on, dans ce pays que les 1ers
canaris jaune firent leurs apparitions  
et plus précisément
à la cour de la Reine Elisabeth Ire d'Angleterre
(1533-1603), qui possédait de très grandes volières.



 (Suite)  


C'est environ un siècle plus tard que le commerce
de ces oiseaux prit de l'essor et ceci malgré
des prix exorbitants.

C'est en 1709
Que parait le 1er  ouvrage concernant
les canaris, son auteur, le naturaliste parisien,
"J-C Hervieux de Chanteloup " (1683-1747)
qui était inspecteur des bois à bâtir de la capitale  
et l’avait intitulé :

" Nouveau Traité des Serins des Canaries "

Cet ouvrage contenait de nombreux et précieux
renseignements comme, les différentes variétés
de canaris (au nombre de 29 à l'époque),
leur élevage, les maladies, le chant et la façon
de les entraîner au chant...
Il devint par la même occasion le gouverneur
des serins de la Princesse de Condé.
Il écrivit ensuite deux nouvelles éditions
l'une en 1713 et l'autre en 1745.

C’est en 1735
que parait également  l’œuvre majeure
du médecin et botaniste
 " Carl Von Linné " (1707 - 1778)  
Ouvrage entièrement écrit en latin,
qui est le premier ouvrage, sur la classification de la nature, dénommé :
 " Systema Naturae "
en entier :
" Systema naturae per regna tria naturae, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus,
differentiis, synonymis, locis "
en français :
Système de la nature, en trois règnes de la nature,
divisés en classes, ordres et espèces, avec les caractères,
les différences, les synonymes et les localisations.

Carl Von Linné s’inspira du concept des espèces
 de John Ray (1627-1705)  
" Ensemble d’individus qui engendrent, par la reproduction, d’autres individus semblables
à eux-mêmes "
En 1748 à la sixième édition de son ouvrage
" Systema Naturae "  
il classe les oiseaux dans six grands ensembles
afin de répondre harmonieusement aux six ensembles
qu’il utilise pour classer les mammifères.
En 1758 à la dixième édition celui-ci généralise le système
selon la  nomenclature * binominale.
(* binominal, ou * binôme ),
provient de la combinaison de deux noms, servant
à désigner un taxon de rang inférieur au genre.

Formalisée par Linné au cours du XVIIIe siècle,
la nomenclature binominale, ainsi que d’autres aspects
formels de la nomenclature biologique, constituent le

" Système Linnéen "  

A cette époque, le commerce de ces petits oiseaux
était devenu très répandu, on pouvait même les
acquérir sur des marchés aux oiseaux qui se tenaient
principalement dans la capitale Française,
tel celui de Saint-Germain-des-Prés.

Certains canaris s’y négociaient et pouvaient  
y atteindre en ce temps là le prix de 15 écus d’argent
(45 livres), tout en sachant que dans le même temps
on pouvait avec 7 écus d’argent (21 livres) s’acheter
une vache ou de 6 à 7 brebis !
On y vendait même des œufs de canaris à 1 écu
d’argent (3 livres) pouvant monter  jusqu'à 10 écus d’argent
(30 livres) et tout ceci sans aucunes
garanties de résultats.
   
Ce n'est qu'au début du XIXème siècle que le canari
c'est popularisé, devenant accessible à toutes
les classes sociales.
Passées les grandes révoltes de 1848, certains pays
s’orientèrent vers une production intensive de notre
ami le canari.
De nombreux mineurs  et bûcherons se mirent
à élever grandes échelles ce merveilleux petit oiseau,  
afin d’arrondir leur fin de mois.
Après avoir quitté l'Autriche à la fermeture des mines
pour émigrer en Allemagne et principalement
dans la région du Harz.
Ce qui permit à l'Allemagne de devenir
le 1er producteur au monde.
S'étant rendu compte que leurs oiseaux possédaient
un chant assez intéressants et après avoir effectué de
nombreuses sélections principalement sur la qualité
du chant, naquit le Harzer Roller
(Harzer, pour la région où il avait été élevé
et Roller, pour les magnifiques roulades que ce petit
virtuose effectuait).

Rien que dans cette région en 1930
quelques 250.000 canaris y étaient produits par an.
L'on put ainsi exporter plusieurs centaines de milliers
de canaris par an vers les différents continents.

L'on ne peut oublier dans cet historique
 " Robert Franklin Stroud " (1890 -1963)  
surnommé
 " L'homme aux Canaris d'Alcatraz "  
Célèbre prisonnier Américain qui du fond de sa cellule
de la prison de Leavenworth entreprendra l'élevage
de canaris, qui au fil des années élèvera des centaines
de canaris.

Mais ce qui retient notre attention est l'écriture par
celui-ci de deux livres sur les canaris
"  Diseases of Canaries "
" Les maladies des Canaris "
ouvrage publié à l'origine en 1933,
un travail complet contenant beaucoup d'informations
sur :
L'Anatomie - l'Alimentation - Essais d'alimentation -
Insectes et des Parasites - la Mue - Blessures -
Fièvre  Septique - Septicémie - Nécrose - Diarrhée -
Aspergillose - Bactériologie - Organismes Pathogènes -
drogues - etc. ....

et en 1943
" Stroud's Digest on the Diseases of Birds "  
" Stroud's Digest sur les maladies des oiseaux "
ouvrage traitant des maladies et remèdes y afférant.  

A l'heure actuelle, on trouve des canaris dans la
majeure partie du monde que ce soit en canari de
chant, de couleur ou de posture, ainsi que de
nombreux clubs ou associations qui comptent dans
leurs rangs des dizaines voire des centaines
d'éleveurs et de passionnés de notre ami commun.

L'archipel des îles canaries compte encore
aujourd'hui de nombreuses colonies de serins des canaries.

Source diverse :
Internet - Bibliographie " Le Canarien "
Chronique et journal de campagne de l’expédition Normande
de 1402 aux Îles Canaries, écrite par les Franciscains
Pierre Bontier & Jean Le Verrier, chapelains des capitaines,
Jean de Béthencourt &  Gadifer De La Salle -
Bibliographie de " Linné " -
Bibliographie de " Robert Stroud " - etc.

© Copyright De Paemelaere Patrice
- DP Productions Inc / Mai 2017.
Toute reproduction interdite par quelques moyens
qui soient sans l'accord écrit de son auteur.
Retourner au contenu